Success
Error
Warning
iSpy

iSpy

2.5K pieces 142 pressbooks

15 Followers

Member Since - March, 2019

In Residence Ep 13: "Doriana and Massimiliano Fuksas" by Benjamin Seroussi (722275) by iSpy

Né d’un père lituanien et d’une mère italienne d’origine française et autrichienne. Après la mort prématurée de son père, il part vivre à Graz chez sa grand-mère maternelle. Il reçoit d'abord une formation de peintre avant de se tourner vers la carrière d'architecte. Il s'initie à la couleur auprès de Giorgio De Chirico, personnage qui marquera toute sa carrière. D'ailleurs, il ne délaissera jamais la peinture en parallèle de sa carrière d'architecte. Il fonde en 1967 son premier atelier et obtient son diplôme d'architecte auprès de la faculté d'architecture de l'université de Rome « La Sapienza » en 1969. Au départ, il exerce son art dans le domaine des cimetières. Pour le cimetière d'Orvieto, il renoue avec la tradition étrusque en utilisant le tufo pour construire un rempart. À Civita Castellana, c'est une enceinte elliptique inspirée de Giotto qu'il imagine. Fuksas a enseigné à Rome, Stuttgart, à l'université Columbia à New York, à Hanovre et à l'académie des arts plastiques à Vienne (jusqu'en 1997). En 1989, il ouvre sa deuxième agence rue du Temple, à Paris, et en 1996, le troisième atelier à Vienne (Autriche). En juillet 1998, il est responsable de l'architecture de la ville de Venise, puis membre des conseils de réalisation architecturale de Berlin et Salzbourg. Fuksas est conseiller de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle à Paris. Il obtient le grand prix national de l'architecture en 1999. Il a été directeur de la Biennale de Venise en 2000, qui avait pour thème « Moins d'esthétique, plus d'éthique ». Fuksas est également engagé politiquement et n'hésite pas à intervenir dans le débat public. En avril 2008, lors de l'émission télévisée Annozero (it), il fait la relation entre la victoire électorale de Silvio Berlusconi et l'« ignorance abyssale » des Italiens. Voulant démontrer son propos, il fustige Berlusconi, qui aurait attribué à Jules César la citation « J'aimerais mieux être le premier dans ce village que second à Rome » alors que, selon Fuksas, la sentence aurait été de Cicéron. Dans les jours qui suivirent, la presse ne manque pas de railler à son tour Fuksas après avoir démontré que la phrase était bien attribuée à Jules César par Plutarque. En 1999, il prend position contre les travaux engagés par Francesco Rutelli, alors maire de Rome, dans l'optique du Jubilé du Vatican. « Francesco Rutelli s'est plié aux intérêts de l'Église, des grandes familles de propriétaires et aux commerçants ! », s'insurge-t-il dans une violente tribune, dénonçant les dépenses occasionnées par la restauration d'une centaine d'églises et d'autant de sites archéologiques et de musées. Son engagement lui vaut d'être au cœur d'anecdotes picaresques relatées par la presse italienne. En mars 2010, il se bat avec l'homme politique Guido Bertolaso dans le restaurant romain La Nuova Fiorentina, après l'avoir traité de « voleur » et de « merde fasciste ». Depuis octobre 2007, il fait l'objet d'une procédure pénale ouverte par le procureur de Marsala, en Sicile, en raison de la construction d'un somptueux domaine réalisé sans les autorisations nécessaires au cœur du parc archéologique de l'île de Pantelleria. Il partage sa vie avec Doriana Fuksas, qui dirige les projets de design de l'agence.

Originally pressed by iSpy in the pressbook Famous Architects

Loader

Comments (0)

Member’s Other Pieces

Member’s Other Pressbook